Né en 1987 à Kigali. Dans le travail de Sonia Niwemahoro, les installations privilégient les  structures simples, les matériaux discrets (le « tape », le plastique) mais aussi les objets du quotidien (un médicament, une chaise). A l’inverse, la performance met en jeu l’humain et son expérience propre en tant que non-machine. Les performances consistent bien souvent […]

Né en 1987 à Kigali.

Dans le travail de Sonia Niwemahoro, les installations privilégient les  structures simples, les matériaux discrets (le « tape », le plastique) mais aussi les objets du quotidien (un médicament, une chaise).

A l’inverse, la performance met en jeu l’humain et son expérience propre en tant que non-machine. Les performances consistent bien souvent à appliquer au corps humain une suite d’actions tantôt à la manière d’une expérience chimique, tantôt à la manière d’une recette, d’un mode d’emploi.

Entre ces deux pôles, la vidéo, tout en étant couplée à la performance car elle accorde également une prééminence à l’humain, permet une économie de moyens et un minimum de mise en scène pour se concentrer pleinement sur l’image de l’action elle-même.