Né en 1979, Borgerhout.

L’ouvrage multimédia de Pieter De Clercq a ses racines dans la peinture traditionnelle et l’architecture. Le pictural comme le spatial sont approchés de leurs essences. La peinture devient un objet qui agit sur la couleur, l’illusion, la facture, la texture, la matérialité de la peinture, le porteur et l’action. Les installations spatiales sont une recherche sur la fonction, l’échelle, les proportions et la forme de l’espace d’exposition. Cette tautologie est la fondation d’une œuvre stratifiée, où la matérialité est très importante: l’objet trouvé et des matériaux de récupération sont souvent utilisés, comme aussi les couleurs saturées. La combinaison de ces éléments amplifie la tension psychologique, qui est teinte par la perversité, la relativisation de soi-même et le tragi-comique. Certains de ces nouveaux objets sont le fruit ou bien résultent en une nouvelle action, parfois filmée, où le spectateur peut aussi être invité de participer.