Né en 1981 à Paris (France). « Transparence/opacité, matière/non-matière, apparition/disparition, concentration/dispersion, ces couples de notions antinomiques sont récurrents dans mes recherches ». Les premières œuvres de Pierre-Pol Lecouturier sont issues de recherches autour de la perception visuelle et sensible, provoquée par la rencontre de l’action de la lumière avec le comportement de différents matériaux, extraits […]

Né en 1981 à Paris (France).

« Transparence/opacité, matière/non-matière, apparition/disparition, concentration/dispersion, ces couples de notions antinomiques sont récurrents dans mes recherches ».

Les premières œuvres de Pierre-Pol Lecouturier sont issues de recherches autour de la perception visuelle et sensible, provoquée par la rencontre de l’action de la lumière avec le comportement de différents matériaux, extraits de notre environnement quotidien, en fonction de leur potentiel cognitif et phénoménologique.

En ce sens, il tente, à travers chacune de ses pièces, de re-convoquer le phénomène observé dans un nouveau dispositif artistique simple et rigoureux pour mieux vérifier l’expérience induite.
Il intervient sur des matériaux sobres et usinés de type verre, miroir, acier, aluminium, carton et bois.

Les œuvres de Pierre-Pol Lecouturier, sous un aspect minimal et précis, captent une réflexion et interrogent la situation et l’intention qui se manifestent entre objet et spectateur. Cet état de perception tend à les conduire dans un espace d’incertitude et vise à susciter notre activité interprétative, physique et psychologique.

Les dispositifs proposés, non spectaculaires, créent une connexion qui engage au déplacement et développe les territoires de préhension de l’œuvre en jouant avec les ‘habitudes perceptives’ du regardeur.

Les manifestations les plus couramment perçues sont haptiques et rétiniennes, telles des halos, oscillations, des rayonnements, des reflets, des opacités ou des scintillements.

Ses pièces se constituent comme autant d’écrans-frontières à travers lesquels l’artiste questionne un certain seuil d’hésitation tangible qui renvoie à la prise de conscience de nos limites et stimule nos capacités à appréhender les phénomènes présentés.

Gregory Lang